Louise Farrenc est une compositrice et pianiste française née à Paris le 31 mai 1804.

Elle est la fille du sculpteur Jacques-Edmé Dumont, et sœur du sculpteur Auguste Dumont et est apparentée par sa mère aux peintres Coypel.
Elle étudie le piano (notamment avec Moscheles) et l’harmonie (avec Reicha), puis le contrepoint, la fugue et l’instrumentation.
Elle se marie en 1821 avec le flûtiste, compositeur et éditeur de musique Aristide Farrenc (1794-1865) qui créera les Editions Farrenc. Leur fille unique Victorine, excellente pianiste, naît en 1826 et décède de la tuberculose en 1858.

En 1842 elle est nommée professeur de piano au Conservatoire national de Paris et non professeure-adjointe ou répétitrice comme c’est le cas couramment à l’époque. Elle finit même par obtenir un salaire égal à celui de ses collègues masculins à ce poste au bout de 8 années de lutte. Elle y enseignerai jusqu’en 1872.
En 1845, les « Trente études dans tous les tons majeurs et mineurs », op. 26 (publiées en 1839) sont adoptées par le Conservatoire comme méthode officielle pour les classes de piano et deviennent ainsi un ouvrage pédagogique de référence.

Contrairement à l’air du temps elle n’écrit pas d’œuvres lyriques ; on distingue trois périodes de composition : entre 1825 et 1839, des œuvres pour piano majoritairement, puis entre 1840 et 1858 de la musique de chambre et symphonique (3 symphonies), enfin des œuvres exclusivement pour piano entre 1858 et 1864.

En savoir plus