« Qu’importe ce que je laisserai derrière moi, pourvu que la matière se souvienne de moi, pourvu que les mots qui m’habitent soient écrits quelque part et qu’ils me survivent »

Alicia Maria Claudia Gallienne est décédée à l’âge de 20 ans, d’une maladie du sang. Durant sa courte existence, elle a écrit des centaines de poèmes, en l’espace de 4 ans, entre 1986 et 1990. Ceux-ci restés longtemps dans l’oubli, ce n’est que 30 ans après sa disparition, en février 2020, qu’ils ont refait surface, grâce à son cousin le comédien Guillaume Gallienne, et ont été publiés sous le titre « L’autre moitié du songe m’appartient ».

On retrouve, dans ses poèmes, des thèmes autour de l’émerveillement de la vie et autour de l’amour.

Le sillage du soir venu « Et si un jour je me dois de partir De refermer les portes derrière toi Pour ne plus m’apercevoir que je t’aime (…) Si un lendemain ou une veille tu me perds A tant de murmures que répondre ? »

Extrait d’un poème

En savoir plus

Quelques œuvres